SOMMAIRE COMPLET

du 8 janvier 2020  n°159

 
 

 
 


 
 
Accéder au fil RSS Envoyer à un ami Imprimer

Cour Administrative d’Appel de Lyon n° 17LY04049 du 12 février 2019.

Lettre n° 159 du 8 janvier 2020

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure

M. C... F... et Mmes E... et G... F... ont demandé au tribunal administratif de Lyon d'annuler l'arrêté du 28 avril 2015 par lequel le maire de la commune de Saint-Germain-Nuelles a retiré le permis de construire qu'il leur avait tacitement accordé le 1er février 2015 pour l'édification de quatre maisons individuelles sur un tènement situé impasse des Vignes.

Par un jugement n° 1507291 du 28 septembre 2017, le tribunal administratif de Lyon a rejeté leur demande.

Procédure devant la cour

Par une requête enregistrée le 29 novembre 2017 et un mémoire enregistré le 14 mai 2018 qui n'a pas été communiqué, M. C... F... et Mmes E... et G... F..., représentés par Me D..., demandent à la cour :

1°) d'annuler ce jugement du tribunal administratif de Lyon du 28 septembre 2017 ;

2°) d'annuler l'arrêté du maire de Saint-Germain-Nuelles du 28 avril 2015 ;

3°) d'enjoindre au maire de Saint-Germain-Nuelles d'établir un certificat de non-opposition dans un délai de deux mois à compter de l'arrêt à intervenir, sous astreinte de 50 euros par jours de retard ;

4°) de mettre à la charge de la commune de Saint-Germain-Nuelles la somme de 2 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Considérant ce qui suit :
Par un arrêté du 22 mars 2013, le maire de la commune de Saint-Germain-Nuelles a sursis à statuer, pour une durée de deux ans, sur la demande de permis de construire quatre maisons individuelles sur un tènement situé impasse des Vignes, déposée le 3 décembre 2012 par Mme E... F..., Mme G... H...-F... et M. C... F..., constituant l'indivisionF.... Ce sursis à statuer était fondé sur le fait que le projet était susceptible de compromettre ou de rendre plus onéreuse l'exécution du plan local d'urbanisme (PLU) alors en cours d'élaboration. Après l'approbation du PLU par une délibération du 4 février 2014, les consorts F...ont confirmé leur demande de permis de construire le 1er décembre 2014. Un permis de construire tacite est né du silence de l'autorité administrative le 1er février 2015, en vertu des dispositions de l'article L. 111-8 alors en vigueur du code de l'urbanisme. Toutefois, par une décision du 28 avril 2015, le maire de Saint-Germain-Nuelles a retiré ce permis de construire tacite. Les consorts F...relèvent appel du jugement du 28 septembre 2017 par lequel le tribunal administratif de Lyon a rejeté leur demande d'annulation de cette décision de retrait.

Sur la légalité de la décision du 28 avril 2015 :

D'une part, aux termes du dernier alinéa de l'article L. 123-6 alors en vigueur du code de l'urbanisme : " A compter de la publication de la délibération prescrivant l'élaboration d'un plan local d'urbanisme, l'autorité compétente peut décider de surseoir à statuer, dans les conditions et délai prévus à l'article L. 111-8, sur les demandes d'autorisation concernant des constructions, installations ou opérations qui seraient de nature à compromettre ou à rendre plus onéreuse l'exécution du futur plan. ". Aux termes de l'article L. 111-8 alors en vigueur du même code : " Le sursis à statuer doit être motivé et ne peut excéder deux ans. / (...) A l'expiration du délai de validité du sursis à statuer, une décision doit, sur simple confirmation par l'intéressé de sa demande, être prise par l'autorité compétente chargée de la délivrance de l'autorisation, dans le délai de deux mois suivant cette confirmation. Cette confirmation peut intervenir au plus tard deux mois après l'expiration du délai de validité du sursis à statuer. Une décision définitive doit alors être prise par l'autorité compétente pour la délivrance de l'autorisation, dans un délai de deux mois suivant cette confirmation. A défaut de notification de la décision dans ce dernier délai, l'autorisation est considérée comme accordée dans les termes où elle avait été demandée. ".
D'autre part, aux termes de l'article L. 424-5 du même code dans sa rédaction alors applicable : " La décision de non-opposition à une déclaration préalable ou le permis de construire ou d'aménager ou de démolir, tacite ou explicite, ne peuvent être retirés que s'ils sont illégaux et dans le délai de trois mois suivant la date de ces décisions. Passé ce délai, la décision de non-opposition et le permis ne peuvent être retirés que sur demande expresse de leur bénéficiaire. ".
En premier lieu, les dispositions de l'article L. 424-5 du code de l'urbanisme fixent les conditions de retrait des permis de construire, tacites ou explicites, quelles qu'aient été les modalités de leur obtention. Il n'y est donc pas dérogé en ce qui concerne les permis tacitement accordés dans les conditions fixées par l'article L. 111-8 du même code. Dès lors, les consorts F...ne sont pas fondés à soutenir que le maire de Saint-Germain-Nuelles était dessaisi et ne pouvait légalement procéder au retrait de leur permis de construire tacite, au motif qu'ils l'avaient obtenu selon la procédure prévue par cet article L. 111-8, après confirmation d'une demande de permis de construire sur laquelle il avait été sursis à statuer.
En second lieu, aux termes de l'article 24 de la loi du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, alors en vigueur : " Exception faite des cas où il est statué sur une demande, les décisions individuelles qui doivent être motivées en application des articles 1er et 2 de la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 relative à la motivation des actes administratifs et à l'amélioration des relations entre l'administration et le public n'interviennent qu'après que la personne intéressée a été mise à même de présenter des observations écrites et, le cas échéant, sur sa demande, des observations orales.(...) ".
D'une part, une décision de retrait, qui est au nombre des décisions devant être motivées en application de l'article 1er de la loi du 11 juillet 1979 alors en vigueur, doit être précédée de la procédure contradictoire prévue à l'article 24 de la loi du 12 avril 2000. Le respect, par l'autorité administrative compétente, de cette procédure contradictoire, constitue une garantie pour le titulaire du permis que le maire envisage de retirer. La décision de retrait prise par le maire est ainsi illégale s'il ressort de l'ensemble des circonstances de l'espèce que le titulaire du permis a été effectivement privé de cette garantie.
D'autre part, lorsqu'un permis de construire tacite est délivré à plusieurs bénéficiaires, la procédure contradictoire précédant son retrait doit être menée à l'égard de chacun des bénéficiaires du permis, tels que désignés, avec leur adresse, dans la demande. En particulier, dans le cas où le permis tacite est délivré aux membres d'une indivision, la procédure contradictoire doit en principe être menée à l'encontre de ceux des co-indivisaires qui ont présenté la demande de permis et dont le nom, comme l'adresse, figure dans cette demande ou, lorsque les co-indivisaires ont désigné un mandataire, à ce dernier et à l'adresse figurant dans la demande.
En l'espèce, toutefois, si la demande de permis de construire à laquelle le maire de Saint-Germain-Nuelles a opposé un sursis par arrêté du 22 mars 2013 avait été présentée conjointement par M. C... F...et Mmes E...et G...F..., la confirmation de cette demande a été présentée par M. C... F..., se présentant comme agissant au nom de l'indivision F... dans un courrier du 1er décembre 2014 adressé au maire. Dans ces conditions, le maire a pu régulièrement mener la procédure contradictoire préalable au retrait en litige à l'égard du seul M. C... F..., qui a d'ailleurs répondu au nom de l'indivision, par lettre du 14 avril 2015 au courrier du 9 avril 2015 par lequel le maire l'a informé de son intention de procéder au retrait du permis de construire tacite du 1er février 2015. Il suit de là que les requérants ne sont pas fondés à soutenir que la procédure contradictoire qui a précédé la décision de retrait du permis de construire en litige était viciée au motif qu'elle n'avait été menée qu'à l'égard de M. C... F....
Il résulte de ce qui précède que les consorts F...ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Lyon a rejeté leur demande.

Sur les conclusions à fin d'injonction :

Pour l'application de l'article L. 911-1 du code de justice administrative, le présent arrêt, qui confirme le rejet des conclusions des consorts F...dirigées contre la décision du maire de Saint-Germain-Nuelles du 28 avril 2015, n'implique aucune mesure d'exécution. Par suite, les conclusions des requérants tendant à ce que de telles mesures soient prescrites ne peuvent qu'être rejetées.

Décide :
Article 1er : La requête des consorts F... est rejetée.
Article 2 : M. C... F..., Mme E... F... et Marie-Françoise F... verseront solidairement à la commune de Saint-Germain-Nuelles la somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.
Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à M. C... F..., premier requérant dénommé, pour l'ensemble des requérants, et à la commune de Saint-Germain-Nuelles.

Référence : Cour Administrative d’Appel de Lyon n° 17LY04049 du 12 février 2019.
Urbanisme pratique n° 370 du 20 juin 2019.

le 8 janvier 2020 - n°159 de IntegralText, la documentation juridique de l'Urbanisme pratique

Urbanisme Pratique

Imprimer Envoyer à un ami Accéder au fil RSS

RETOUR A LA PAGE PRÉCÉDENTE
 
 
 
 

Nouveau : première édition
Octobre 2019
  

Devoirs et déontologie des policiers municipaux

Jean-Philippe Vaudrey

- Maîtriser le code de déontologie des agents de police municipale

- Appliquer la bonne sanction disciplinaire

- Exécuter ses missions

- Agréments et retrait d’agréments des agents de police municipale

- Cumul d’activités et activités accessoires

- Réagir face aux outrages, rébellions et refus d’obtempérer

- La protection fonctionnelle des agents de police municipale

- Annexe : le code de déontologie

Un précis concret, utile et unique répondant aux interrogations quotidiennes des agents de police municipale, conçu pour les guider en toutes circonstances.

1 ère édition - octobre 2019
74 pages – ISBN : 2-905529-72-5
24,80 € TTC port compris

 

Mise à jour au 1er mars 2019  

La procédure disciplinaire dans la fonction publique territoriale

Francis Mallol, Kaira Bouderbali

- Les comportements répréhensibles et les fautes sanctionnables

- Quand et comment sanctionner ?

- Contrôles des sanctions et droits de la défense

- Maîtriser les notions de faute, d’insuffisance professionnelle et d’obligations de moralité

- Prévenir et répondre aux comportements : utilisation fautive d’internet, violation des principes de neutralité et laïcité, influence des sectes, harcèlements...

Indispensable pour maîtriser toutes les étapes de la procédure dans un domaine sensible

5 ème édition - mars 2019
432 pages – ISBN : 2-905529-69-5
65 € TTC port compris

 

Deuxième édition
Octobre 2019
  

Le guide pratique de la passation d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Définir et estimer ses besoins,
- Choisir et pondérer les critères
- Maîtriser les règles de publicité
- Rédiger les pièces du marché
- Négocier avec les candidats et achever la procédure
- Les cas particuliers des achats inférieurs à 25 000 € et des marchés de maîtrise d’oeuvre.


Réussir la passation d'un MAPA répondant aux besoins de la collectivité dans le respect des deniers publics.

En annexe, des documents types téléchargeables pour accompagner l'acheteur et sécuriser ses procédures.


2ème édition - octobre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-73-3
Prix : 49 euros/TTC, port compris
Version PDF : 35 euros/TTC.

 

Deuxième édition
Novembre 2019
  

Le guide pratique de l'exécution d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Gestion de la sous-traitance
- Modifier les contrats en cours d’exécution
- Bien gérer les avances, acomptes, garanties, cessions de créances
- Agir lorsque le titulaire est en difficulté financière
- Mise en demeure et pénalités
- Réception et documents à fournir après l’exécution
- Résilier un marché
- Parfait achèvement et garantie décennale
- Le protocole transactionnel
- Archiver les marchés publics.


Des documents types téléchargeables sur le site des Editions Sorman. Pour accompagner l’acheteur et sécuriser les procédures.


2ème édition - novembre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-74-1
Prix : 48 euros/TTC, port compris
Version PDF : 34 euros/TTC.

 

Deuxième édition - juin 2019  

Le guide pratique des marchés de maîtrise d’œuvre

Ludovic Vigreux, Kevin Thuilliez

- Les dispositions réglementaires indispensables

- Les règles de passation : procédures adaptée, formalisée

- Phases de conception et de réalisation : les éléments de mission de maîtrise d’œuvre

- Les honoraires : primes, concours, forfait

- Passation du contrat de travaux et seuils de tolérance

- Engagements, responsabilités et contentieux

- Propriété intellectuelle.

Le guide s’enrichit de plusieurs documents téléchargeables sur le site des Editions Sorman pour faciliter et sécuriser les procédures.

2 ème édition - juin 2019
96 pages – ISBN : 2-905529-70-1
47 € TTC port compris
Version PDF : 33 € TTC

 

Nouvelle édition – mai 2018  

Protéger les chemins ruraux

Francis Pian

Au sommaire

- Définir un chemin rural, fixer son emprise ; les éléments constitutifs, la procédure de bornage

- Créer, incorporer, modifier un chemin rural

- Protéger et conserver les chemins ruraux : les pouvoirs du maire.

- Comment les entretenir ? Les obligations de la commune ; faire respecter les servitudes ; les travaux occasionnés

- La disparition des chemins ruraux : intégration dans le domaine public, vente, désaffectation, prescription acquisitive

- Quelles ressources leur consacrer ? les interventions des pouvoirs publics et du secteur privé, les taxes.

Des extraits des textes officiels, de jurisprudence, des modèles de délibérations et d’arrêtés complètent chaque chapitre.

3e édition - mai 2018
160 pages - ISBN : 2-905529-67-9
Prix : 39,50 euros/TTC, port compris

 

Première édition
Mars 2018
  

Le manuel de l’administrateur local

Francis Mallol

Au sommaire :
- Elaborer un acte administratif et assurer la sécurité juridique
- Identifier les autorités compétentes
- Associer le public et traiter efficacement ses demandes
- Motiver ses décisions
- Gérer les décisions implicites
- Eliminer les actes administratifs
- Répondre aux demandes de communication des documents administratifs
- Régler les différends ente l’administration locale et le public.

Un guide indispensable pour sécuriser ses décisions et le traitement de ses actes.
Un index alphabétique analytique facilite les recherches.


1ère édition - mars 2018
416 pages - ISBN : 2-905529-66-0
Prix : 69,50 euros/TTC, port compris

 

OFFRE DÉCOUVERTE

Bénéficier gratuitement d'informations exclusives sans engagement de votre part